Classification des phases de sommeil

Les spécialistes du sommeil travaillent depuis les années 60, s’appuyant notamment sur les appareils de polysomnographie, pour déterminer les phases de sommeil et d’éveil. Les ondes cérébrales ou EEG (électroencéphalogramme) représentent le composant clé de la classification des phases de sommeil.

Voici à quoi ressemblent vos ondes cérébrales selon la phase de sommeil :

Phase de sommeil

Aperçu de l'EEG (1 seconde)

Nom de l'onde

Fréquence

Éveil avec yeux ouverts

beta_big.png 

  Beta

>13hz

Éveil avec yeux fermés

Alpha_big.png 

  Alpha

8-12hz

N1 (transition éveil-sommeil)

theta_big.png

  Theta

4-7hz

N2 (Sommeil léger)

theta_with_K_complex_big.png

Theta  avec K-complex spindle*

4-7hz

N3 (Sommeil profond)

 delta_big.png

Delta

<4hz

REM (Sommeil paradoxal)

REM_stage_big.png

Sawtooth

Faible intensité et fréquence variable

*Un K-complex spindle est un pic de forte amplitude et lent, suivi par une vallée qui dure au moins ½ seconde.  

Voici ce que votre bandeau détecte tout au long de la nuit grâce à ses différents capteurs :

Capture_d_e_cran_2018-11-19_a__14.06.50.png

Une fois les 100 valeurs extraites chaque plage de 30 secondes par les capteurs du  bandeau, notre algorithme reproduit l’expertise faite par un consensus de de 5 spécialistes du sommeil. Des spécialistes travaillent spécifiquement chez Dreem à entraîner l’algorithme en repassant sur des nuits effectuées avec le bandeau.

Hypnogramme

L’hypnogramme est une revue de votre nuit, minute après minute. Vous pouvez découvrir dans quelle phase de sommeil vous étiez de votre endormissement jusqu’à votre réveil.

hypno_zoom_real_fr.png

Naturellement, les passages d’une phase de sommeil à l’autre que vous constatez sur l’hypnogramme ne sont pas aussi brutaux. Par exemple, un sommeil léger consolidé (N2) peut ressembler à un début de phase de sommeil profond (N3). Certains dormeurs ont également des phases de sommeil profond (N3) avec une plus faible amplitude ou fréquence que ce qui est enregistré habituellement, ce qui peut entraîner une interprétation en phase de sommeil léger (N2). L’avancement de l’âge est typiquement représentatif de ces évolutions au niveau des ondes cérébrales. Tout est alors question d’interprétation entre différents spécialistes du sommeil.

C’est justement pour réduire cette variabilité entre différents “scoring” que nous entraînons notre algorithme sur la base d’un consensus de 5 spécialistes de sommeil et que nous le mettons à jour régulièrement afin d’inclure de nouvelles nuits scorées et des nouvelles règles adoptées par les experts.

Quelles que soient vos questions, suggestions ou remarques,
notre équipe support dédiée est à votre disposition 7/7j

Envoyer une demande