Comprendre le sommeil paradoxal

Jonathan
Rédigé par Jonathan
Dernière mise à jour

Le “sommeil paradoxal” tient son nom du paradoxe que l’on observe entre l’importante activité neuronale du cerveau (très proche de l’éveil) et l’absence totale de tonus musculaire en dehors des muscles cardiaques, respiratoires et oculaires. Ce stade de sommeil est aussi appelé  "REM sleep" pour "Rapid Eye Movement sleep" car, durant cette phase, les yeux du dormeurs effectuent de rapides saccades sous sa paupière close.

C’est à ce type de sommeil que nous associons généralement les rêves.

Veuillez noter que de plus en plus d’études semblent montrer que nous rêvons également en dehors des phases de sommeil paradoxal. Toutefois, en sommeils paradoxal, les rêves rapportés semblent plus fréquents et vivides.

Chez l'adulte, le sommeil paradoxal occupe environ 20-25% de la totalité du temps de sommeil et est davantage présent à la fin de la nuit. De fait, lorsque vous ne dormez pas assez, c’est ce type de sommeil qui se retrouve le plus souvent amputé. De plus, en accumulant une dette de sommeil, cette proportion diminue également puisque le sommeil profond tend à augmenter.

Il est donc normal de voir la quantité de sommeil paradoxal varier d’un cycle de sommeil à l’autre au cours d’une même nuit, ou d’une nuit à l’autre.

En savoir plus sur le sommeil paradoxal.